D S I et LES ELECTIONS ORDINALES

Cher confrere,

En ecrivant ceci , je manifeste mon « agacement » à votre dernière missive .
Je pense que vous vous êtes trompé de terme j’aurais plutôt écrit
appauvrissement personnel abusif. En effet en 15 ans d’engagement
syndical dont 9 ans de présidence régionale , je n’ai jamais rien touché
si ce n’est mes remboursements de transport Sncf en 2de classe Nantes – Paris.

Le temps passé sur mon temps de travail ,familial ou de loisir j’en ai fait don  pour les
convictions auxquelles j’adhère, et pour aider mes consoeurs et confrères…
vous auriez dû écrire et je pense que vous serez en plein accord avec moi
« enrichissement intellectuel personnel « .

Mon engagement m’a permis et me permets de rencontrer des gens de quelques
opinons qu’ils soient,de m’enrichir à leurs contacts ,il m’a permis de prendre du
recul par rapport aux évenements et aux écrits .
Je vous souhaite la même chose dans la voie que vous prenez . Mais de garde si
vous voulez qu’on vous respecte , respectez-nous ou prouvez vos allégations!

Je reste à votre disposition.

Dr Emmanuel Dias
Président UJCD Union Dentaire pays de la loire

Bonjour,

Mon premier envoi concernant l’ordre a été un recueil de louanges
et un vrai panégyrique de la fonction ordinale. Je l’ai pensé et
je le pense encore. J’ai vu et parlé à de multiples ordinaux qui
comme vous sont entrés dans « les » ordres avec fierté et avec pour
objectif de donner généreusement et bénévolement leur temps et
leurs compétences. Quand j’ai des discussions avec eux je suis fier
d’exercer une profession médicale et de les avoir comme
interlocuteur.

Vous pourrez lire sur notre blog cette lettre pour laquelle je
n’enlèverai aucun mot car je n’ai pas changé d’opinion.

Ne vous trompez pas. Définitivement j’ai un respect profond pour
nos ordres, nos ordinaux et nos confrères, quel que soit leur bord
ou leurs convictions.

Ce point étant éclairci. Il n’en demeure pas moins que je peux
avoir des opinions personnelles qui soient différentes des vôtres
sans pour autant en faire un problème de personnes. Donc je
poursuis mon propos uniquement sur le plan des idées et sur un plan
factuel.

1. Le bénévolat n’existe pas partout et il y a des discriminations
et des abus notoires qui me heurtent. La scandale frappant le COD
des médecins de PARIS en 2007 (voir le rapport de l’ IGAS) a fait
savoir que les ordinaux du conseil national de l’ordre des
chirurgiens dentistes touchaient entre 400 et 550 € par jour,
même s’ils étaient à la retraite. Si vous désirez je vous ferais
parvenir la copie de l’article du Quotidien du Médecin dans lequel
le trésorier du CNO dans une interview faisait ces révélations.
Alors je suis choqué que certains prennent 550 €/jour alors que
d’autres pour le même travail harassant restent bénévoles.
L’équité, c’est la répartition pour tous. À travail égal :
rémunération ou indemnisation égale.

2. Depuis que j’exerce que ce soit en qualité d’avocat, de juriste
ou de défendeur de mes confrères depuis plus de 20 ans, je
retrouve pratiquement toujours les mêmes ordinaux dans des zones
importantes (voyez l’exemple de PARIS ou de l’Île de France ou
d’autres encore). Alors pour moi, pour un renouvellement et pour un
enrichissement permanent de notre Ordre, je préconise au maximum 2
mandats. Ce qui fait déjà 12 ans à l’Ordre, ce qui est
considérable.
Pour un changement en douceur, je propose des portes ouvertes pour
lesquelles les ordinaux expliqueraient à tous les praticiens du
département ou de la région, le travail d’un membre de l’Ordre.
Cela pourrait éveiller des vocations et des intérêts. La
cohésion de notre profession passe par des petites touches qui sont
la base de la confraternité. Cela éviterait de nombreux
contentieux et une meilleure approche de l’ordre. Ce renouvellement
des personnes, ce renouvellement des idées, ce renouvellement des
initiatives sont des richesses pour nous. Elle profitera à toute la
profession.

Sur un autre plan, celui de la confraternité, de l’amitié sans
intérêt, celui de l’élévation du débat, je me permets de vous
inviter à deux séances :

a) À la soutenance de mon doctorat de droit portant sur les
procédures disciplinaires. Ce sera le 17 mai 2010 à PARIS V. Il y
aura un parterre peu commun et même exceptionnel de professeurs de
droit venant de toutes les spécialités (droit médical, droit
pénal, droit civil et droit administratif) qui constitueront mon
Jury de thèse. Vous y entendrez des analyses assez intéressantes
car mes recherches portent sur mes 20 ans d’expérience et de
travail personnel. Personne ne me fera des concession, le débat est
totalement ouvert ainsi que la critique.

b) Le 17 juin prochain, j’inviterai des ordinaux, des professeurs
de droit et des politiques (toujours à Paris) pour mettre sur la
table tous les problèmes que rencontrent les conseillers ordinaux
afin de publier un « livre blanc » de la fonction ordinale pour
toutes les professions de santé. Vous aurez la possibilité de vous
exprimer et de débattre sans retenu.

Nos portes vous sont ouvertes. Vous êtes d’autant plus le bienvenu
que nous ne demanderons jamais rien en échange afin qu’il n’y ait
pas d’arrière pensée.

Il n’y a que comme cela que l’on comprend vraiment l’autre sans lui
attribuer des idées ou des intolérances qu’il n’a pas.

Bien cordialement,

Rudyard BESSIS
Président DSI

Laisser un commentaire