MAIS QUE FAIT DONC LA CNSD DE SON POUVOIR ?

DANS LE VAR, LA CNSD DEMANDE AUX CHIRURGIENS-DENTISTES DE DIMINUER LEUR PRIX. BIENTÔT ELLE NOUS DEMANDERA DE TRAVAILLER GRATUITEMENT !!!

JAMAIS AU MONDE UN SYNDICAT NE TORPILLE SES MEMBRES. LA CNSD ELLE OUI.

 

La politique de la CNSD depuis 10 ans consiste à vendre notre profession aux différentes complémentaires de santé sachant que ces dernières nous imposerons nos prix pour faire de nous des prestataires médicaux à leur service.

 

Malgré la victoire éblouissante obtenue auprès de la cour de cassation qui a sanctionné le principe de discrimination financière des complémentaires de santé, la CNSD s’engage à nouveau auprès des complémentaires dans les différentes procédures judiciaires menées par DSI et la FSDL.

On ne peut pas le nier : la CNSD est une vraie machine de guerre sur le plan syndical.

  • Elle revendique près de 18.000 cotisants (ce qui est totalement différent des « sympathisants » car elle ne récolte que 50% des voix aux élections alors que la FSDL qui dénombre 10 fois mois de « cotisants » récolte plus de 30% des voix) ;
  • Elle entre dans les facultés pour recruter ses futurs adhérents ; Elle se lie à l’Ordre pour recruter les nouveaux inscrits ; Elle partage les locaux en symbiose outrancier avec l’Ordre, et d’autres organismes ;
  • Elle a des ramifications partout dans notre profession (ADF, UFSBD…) ;
  • Elle occupe une position de choix dans les instances professionnelles ;
  • Elle est membre de tous les organismes interprofessionnels ;
  • Son ancien président occupe un poste de premier plan dans le domaine européen de la santé ;
  • Elle a la mainmise sur pratiquement tous les conseils de l’Ordre (tout Ordre confondu) ;
  • Elle influence de nombreux politiques qu’ils soient sénateurs ou députés et même ministres ;
  • Elle participe à toutes les réunions avec les organismes sociaux ;
  • Elle est représentée dans toutes les instances paritaires ;
  • Elle a des liens avec des organismes formateurs (notamment pour les assistantes dentaires) ;
  • Elle gère un budget impressionnant… Bref, il faut le reconnaître : c’est une vraie puissance dominatrice sans égal.

 

À QUOI SERT CE POUVOIR ET QUE FAIT LA CNSD POUR LA PROFESSION ? CONSTAT :

 

  1. Nous avons subi deux conventions signées par la CNSD, mais nous n’avons rien obtenu sur le plan financier. En 1997, Madame AUBRY n’a pas tenu sa parole et n’a pas augmenté le tarif de nos soins comme elle l’avait promis. En 2005, rebelote, on prétend augmenter certains soins, mais le différentiel est payé par nous par une augmentation incroyable de nos cotisations assurance-maladie. Alors que, dans le même temps, l’UJCD obtenait la cotation de l’inlay-core puis sa liberté tarifaire. OBTENIR QUELQUE CHOSE EST DONC POSSIBLE, MAIS PAS PAR LA CNSD.
  2. Nous avons subi la CMU et les tarifs imposés même sur le plan des prothèses grâce à l’action de Madame AUBRY (oui toujours elle). Qu’avons-nous obtenu en compensation de cet effort de travail à bas coût imposé ? RIEN.
  3. Nous avons subi la Formation médicale continue et la fermeture de notre cabinet afin d’améliorer nos compétences et notre technicité. Qu’avons-nous obtenu en compensation de cet effort financier ? RIEN.
  4. Un débat parlementaire allait conclure à l’intégration de la profession d’assistante dentaire dans le code de la santé publique. La CNSD s’y est opposée contrairement au conseil national. Il est vrai que la CNQAOS fonctionne trop bien. Conséquence : dévalorisation de la profession d’assistante (nous manquons de personnels qualifiés ; dévalorisation du travail de l’assistante (qui n’a même pas le droit de prendre une panoramique ou de prendre une empreinte à l’alginate, mais sans qui on ne peut faire des greffes d’os, des sinus lift et demain de la médecine esthétique du bas du visage !!!) ; dévalorisation du salaire de l’assistante ; dévalorisation du travail du praticien qui passe une demi-heure pour un détartrage à 28,92 € alors que l’assistante bien formée peut parfaitement bien le faire à notre place tout en nous laissant la même rémunération (comme le font les pharmaciens avec leurs préparateurs ou les radiologues avec leurs manipulateurs) ;
  5. Nous avons subi la RADIOPROTECTION et les complications réglementaires ahurissantes d’incohérence et une charge financière importante à supporter. Qu’avons-nous obtenu en compensation de ce nouvel effort administratif et financier ? RIEN.
  6. Nous avons subi le dénigrement de notre profession par les médias, le qualificatif de « rentiers » par la Cour des comptes, l’affichage de nos tarifs dans les salles d’attente, l’obligation de mettre le coût du technicien de laboratoire dans nos devis…

 

QU’A FAIT LA CNSD POUR CONTRER CETTE MULTIPLICITÉ DE CONTRAINTES ?

 

Bientôt, une troisième convention devra être ratifiée. Alors, disons-le simplement à nos amis de la CNSD, faites comme tous les syndicats du monde : Battez-vous pour obtenir des compensations ! Battez-vous pour les praticiens de base ! Battez-vous pour la profession et montrez-nous des résultats concrets et directs.

 

Si vous n’y arrivez pas, ne torpillez pas notre travail au service de nos confrères. Nous avons été déçus lorsque vous vous êtes permis d’offrir la profession aux vendeurs de complémentaires santé en commençant par le protocole MGEN. Nous avons remonté ce handicap lorsque par un effort collectif la Cour de cassation a reconnu le caractère illégal des discriminations financières subies par les assurés de la MGEN.

Nous avons eu le sentiment d’être trahis par les nôtres lorsque l’on constate que vous vous engagez à nouveau avec la MGEN dans la voie de la soumission de notre profession aux assureurs de soins en liant votre nom à celui de la MGEN dans le second pourvoi qu’elle a formé.

 

Vous savez vous battre pour obtenir une mainmise sur le marché de la formation continue. Posez-vous une question simple : Qu’avez-vous obtenu pour la profession et pour les chirurgiens-dentistes en trente ans de combat syndical ? Rien dites-vous ? Je suis d’accord.

Laisser un commentaire