Articles avec le tag ‘devoir d’information’

NOUS NE SOMMES PAS LES CORRESPONDANTS DES PRATICIENS HONGROIS

Nous ne sommes pas les correspondants des praticiens hongrois!


Les commerciaux hongrois veulent nous soumettre à leur négoce dentaire. Ils nous adressent des mails afin que l’on travaille avec eux.


Notre seule réponse c’est dire haut et fort : NON C’EST NON.

Leur objectif est simple :

· À nous la radiographie panoramique et la consultation ou les modèles de travail, à eux les implants, la parodontologie et les prothèses.

· À nous le diagnostic, à eux le traitement.

· À eux les chirurgies, à nous la dépose des fils de suture.

Faut-il être tombé sur la tête pour accepter de travailler avec les financiers médicaux étrangers ?

De nombreuses sociétés basées en France ou à l’étranger nous sollicitent en permanence afin que nous guidions les patients Français intéressés par les tarifs à bas coût qui leur sont proposés en Hongrie, en Turquie ou au Maroc.

C’EST ILLÉGAL ET CONTRAIRE À LA DÉONTOLOGIE.

Nous ne voulons pas devenir les subalternes ou les correspondants des chirurgiens-dentistes de Budapest avec pour seule mission de leur préparer leur travail rémunérateur afin d’augmenter leurs profits et de détourner notre clientèle. Nous savons faire aussi bien si ce n’est mieux que quiconque. Le prix n’est pas tout.

L’accueil, la compétence, la communication, la qualité du travail, la responsabilité professionnelle, le suivi de nos soins, la disponibilité permanente et à tout moment, notre proximité, la sécurité de nos cabinets, la stérilisation sont, parmi tant d’autres, les facteurs primordiaux de notre activité.

Nous refusons de faire de la publicité commerciale.

Nous refusons de brader nos prix.

Nous refusons de tromper nos patients en leur laissant croire que tout est focalisé sur le prix de la prothèse alors qu’on ne leur parle pas des prix et de la qualité des soins.

Nous ne sommes ni des médiateurs ni des pourvoyeurs de praticiens et encore moins des fossoyeurs de notre profession.

Si certains patients considèrent que se faire soigner équivaut à acheter du pain ou des légumes et que cela peut se faire n’importe où à travers le monde, laissons les faire. Mais sans notre collaboration.

Car les structures étrangères, implantées dans des zones où la réglementation et la main d’œuvre sont bradées, n’ont pas les mêmes objectifs de santé que chez nous. Nous on soigne des êtres humains.


Nous ne vendons pas de la médecine, nous ne vendons pas de la prothèse, nous ne passons pas de contrat implantaire. Nous réalisons une thérapeutique médicale responsable, individualisée et personnalisée.

Ne vous faites pas piéger et ne sombrez pas dans les abus qui ponctionnent les finances sociales de la France.

Ne tombez pas dans cette collaboration qui vous pourrait vous faire subir les foudres des procédures disciplinaires, car nous n’avons pas vocation à être les guides des patients français à destination de l’étranger.

DSI a sollicité le premier ministre, le ministre de la Santé ainsi que nos parlementaires depuis plusieurs mois.

Aujourd’hui, DSI a saisi la Direction générale de la concurrence consommation et répression des fraudes afin qu’il soit mis fin à ces manigances illégales. Nous ne laisserons pas faire et nous ne nous laisserons pas faire.

Venez nous soutenir

Qu’attendez-vous pour adhérer à DSI ?

Rudyard BESSIS
Président DSI

Pour votre bulletin d’adhésion cliquer ici..

[SUBSCRIPTIONS]

DSI CONTRE LA DÉSINFORMATION DE FRANCE 2

France 2 dans son émission de la semaine dernière a diffusé un
reportage baigné dans la désinformation (pour visionner).
profession et les chirurgiens-dentistes en prenant pour prétexte les
prothèses chinoises.

Manipulés par un lobbying commandité par certains laboratoires de
prothèses, les chirurgiens-dentistes sont à nouveau montrés du doigt par une information tronquée.
DSI a tenu à répondre à la manipulation.
Lorsque la profession est en danger ou accusée, qui répond ?
Personne. Nos principaux responsables sont tous occupés à choisir des postes, à évaluer leurs rémunérations, à s’attribuer des fonctions honorifiques rentables ou à faire de la représentation inefficace.
Alors, DSI est et restera encore seul à être réactif et à défendre
notre réputation. Nous ne sommes impressionnés par personne et même s’il faut dénoncer l’inertie des nôtres nous le ferons.

Si vos patients vous questionnent sur l’émission de FRANCE 2, donnez-leur une copie de notre lettre. FR 2 ENVOYE SPECIAL 2010

QU’ATTENDEZ-VOUS POUR NOUS SOUTENIR ET REJOINDRE DSI?
ÊTRE NOMBREUX NOUS FERA ENTENDRE PLUS VITE ET PLUS FORT

Bien cordialement
Pour le bureau de DSI, le Président, Rudyard BESSIS

Lettres à consulter

REPONSE :

Monsieur,

Je souhaiterais donner un petit avis concernant le reportage de France 2
et, de faite, à la lettre de monsieur Philippe Rudyard Bessis, Président
de DSI.

En tant que prothésiste dentaire j’ai trouvé ce reportage très médiocre
et sans nul doute réalisé par des personnes peu compétentes en la matière.

Comme il est dit dans la lettre de Monsieur Philippe Rudyard Bessis
je trouve évident qu’il soit absurde de considérer les laboratoires dentaires
étrangers (Chinois) comme étant à priori mauvais (ou les Français et
Belges excellents) !
Pour quelle raison les seraient-ils et est-il vraiment encore nécessaire
de le dire alors qu’en effet tous en Europe nous consommons Chinois ?

La question que je me pose ici est comment il est encore possible de
tourner tellement autour du pot ?

Je m’explique : comme je le disais, je suis prothésiste dentaire (indépendant,
depuis plus de 35 ans en région néerlandophone de Belgique.

Permettez-moi d’abord à titre d’exemple: depuis quelque mois, particulièrement
par le biais d’une revue (7.800 expl.) distribué et rédigé par des dentistes Belges,
à coup de +/-2.000€ par mensuel (20.000€ an) le marché Belge se voit inondé
par la publicité d’un laboratoire Parisien fabricant à l’étranger (Chine).

http://www.protilab.com/home
Publicité pour la Belgique
http://img301.imageshack.us/i/protilab.pdf/

– Traduction (sommaire) : 3.000 dentistes Français satisfait.
– Couronne porcelaine sur métal (?) 65€
– Couronne porcelaine sur zirconium 119€
– Prothèse amovible pour édenté total : 99€

Nos dentistes sont hyper bien formés et compétents. Les appareils prothétiques
sont à priori parfaitement bien faits.

Au niveau de la fabrication les prix se démocratisent pour les
dentistes.… etc.

Tout baigne !

Franchement, m’adressant ici à des intellectuels je ne peux que demander
où pourrait se trouver le problème ?

A moins qu’il ne vienne …
Autre exemple ?

Licencié… ou reclassé en Hongrie pour 425 euros mensuels La Hongrie
ou le chômage ?

Les salariés de l’entreprise Bosal se sont vus proposer d’aller travailler
en CDD du côté de Budapest pour quelque 425 euros par mois.

Les employés de cette usine de fabrication de pots d’échappements
installée à Annezin, dans le Pas-de-Calais, devraient être rares à accepter
ce reclassement.

Cette pratique n’est pas originale, d’autres entreprises, comme Staf, à
Hénin-Beaumont, ou Carreman, à Castres, y ont déjà eu recours et
voulaient envoyer leurs employés au Brésil ou en Inde…


Bonjour,

Ainsi que Madame la ministre de la santé l’a écrit dans sa réponse
ministérielle, toute la traçabilité est obligatoire pour les laboratoires
de prothèses.

Cela justifie ses propos rassurants.

Veuillez vous connecter sur notre lien et vous lirez les termes précis

et sans ambiguïté de Madame la ministre.

Bien cordialement,

Rudyard BESSIS
Président DSI

LA SECTION D’UN NERF AU COURS D’UNE CHIRURGIE PEUT ÊTRE CONSIDÉRÉE COMME UN ALÉA THÉRAPEUTIQUE

 

 

Dès lors que l’intervention est conforme aux données acquises de la science, un risque inhérent à une chirurgie qui survient ne peut se conclure par une indemnisation de la patiente victime d’une section d’un nerf à la suite de l’opération subie par elle.

 

C’est ainsi que décide la 1ère chambre civile de la Cour de cassation (18 septembre 2008 : Mme M. c. Société G. – pourvoi n° 07.13.080 N – rejet (C. Appel Aix-en-Provence, 14 novembre 2006) – gr. N°° 829P+B ; Gaz. Pal. 10 avril 2009, panorama, p. 20) :

 

« Une patiente ne peut reprocher à l’arrêt attaqué d’avoir rejeté sa demande d’indemnisation dirigée contre un chirurgien qui avait pratiqué sur elle une intervention visant à suturer la rupture du tendon d’Achille à l’aide du tendon du muscle plantaire grêle, intervention au cours de laquelle elle a subi une lésion du nerf tibial postérieur, dès lors qu’ayant relevé que la lésion du nerf tibial constituait un risque inhérent à ce type d’intervention, et que les techniques de réparation chirurgicale de la rupture du tendon d’Achille utilisées par le chirurgien étaient conformes aux données acquises de la  science, la Cour d’appel a pu déduire que le dommage survenu s’analysait en un aléa thérapeutique, des conséquences duquel le médecin n’est pas contractuellement responsable ».

 

L’aléa thérapeutique répond ainsi à deux critères :

 

– Aucune faute ne doit être retenue à l’encontre du praticien ;

– Le dommage résulte d’un risque inhérent à l’intervention.

 

Il n’est malheureusement rien dit sur le devoir d’information du praticien et du consentement éclairé de la patiente. Était-elle vraiment informé du risque qu’elle encourrait par l’acceptation de la chirurgie ?

 

À mon sens, l’aléa thérapeutique ne peut avoir de raison que si la personne consent à prendre le risque chirurgical.

 

Philippe Rudyard BESSIS

Président de DSI